Le calendrier de la saison 2019/2020 est sorti !

Enfin ! Le calendrier de la saison 2019-2020 de la NBA est tombé ce lundi 12 août : quelle délivrance pour tout les fans de la balle orange outre-Atlantique. Comme prévu, les Kings n’ont pas été forcément très gâtés. Analyse.

Mettons tout d’abord fin au suspense : les Kings n’auront qu’un seul match en antenne nationale cette année. Ce sera le 11 mars 2020 contre les nouveaux protégés d’Adam Silver, les Pélicans de La Nouvelle-Orléans à 19h heure locale et ce, sur ESPN. Et mon petit doigt me dit que cette date n’est pas anodine pour la team Kings FR car selon mes informations, il se peut qu’il y ait au moins un représentant de la team présent lors de ce match ! 

Concernant les fans français, les Kings auront l’honneur d’être diffusés TROIS fois en prime-time sur beIN Sports lors des NBA Saturdays et des NBA Sundays : 
– le dimanche 17 novembre 2019 (21h30 heure française) contre les Celtics de Boston
– le samedi 30 novembre 2019 (23h heure française) contre les Nuggets de Denver
– le samedi 22 février 2020 (21h30 heure française) contre les Clippers de Los Angeles.

Concernant le retour de Willie Cauley-Stein au Golden 1 Center, ce sera le 6 janvier 2020 (autant dire qu’une petite victoire des Kings sur les Warriors pour bien commencer l’année, ça ferait plaisir !). Puisque l’on est sur les retours, Ariza jouera contre Washington, à Washington, le 24 novembre ; Dedmon ira à Atlanta le 8 novembre ; Joseph retournera à Indianapolis le 20 décembre et enfin, Holmes rendra visite aux fans des Suns lors du premier match, le 23 octobre.

Concernant les matchs contre le grand rival de L.A, les 4 rencontres contre les Lakers seront :
– le 16 novembre à Los Angeles
– le 2 février à Sacramento 
– le 5 avril à Sacramento
– le 15 avril à Los Angeles.
Ces 4 matchs seront ainsi l’occasion pour Luke Walton de venir à bout de son ancienne franchise et pour nous, de vaincre notre rival de toujours et ainsi d’essayer de digérer encore un peu mieux (même si la pilule ne passera jamais) L.A désillusion de la finale de conférence de 2002. 
NDLR : Le 23 août 2019, la NBA et les Kings ont clos l’enquête qui portait sur les accusations de viol qui pesaient sur Luke Walton. En effet, ils ont estimé qu’il n’y avait pas de preuves suffisantes pour appuyer les allégations portées sur l’entraineur principal des Kings.

Concernant les back-to-back (fait d’enchaîner deux matchs en deux jours), les Kings seront juste au-dessus de la moyenne annoncée par la Ligue (12,4 back-to-back de moyenne par franchise) avec un total de 13 back-to-back sur la saison. 

On notera également qu’à NOTRE GRANDE SURPRISE, les Kings ne joueront pas lors du Christmas Day ni lors du Martin Luther King Day (c’est ça d’être un petit marché !). Mais si le fait d’être un petit marché peut nous aider à garder notre franchise player, De’Aaron Fox, c’est avec grand plaisir ! En effet, celui-ci à annoncer qu’« « Évoluer dans un gros marché ne [lui faisait] pas envie. À la fin de la dernière saison, il se passait quelque chose à Sacramento. Tout le monde à Sacramento est fan des Kings. Si on commence à faire les play-offs, ou si on devient une équipe prétendante au titre, toute la ville va être folle. C’est la différence entre un gros et un petit marché. »).

Si l’on regarde d’un peu plus près le calendrier des Kings, l’on constate que la franchise va devoir engranger le maximum de victoires avant le All-Star Break (semaine du 16 février 2020) car la fin de saison va être compliquée, si espoir de play-offs il y a ! Les Kings vont devoir bien manœuvrer certains road-trip :

– premier road-trip de 3 matchs (à New-York, à Toronto et à Atlanta) début novembre où le 3/3 peut être envisageable avec des Knicks plus faibles que nous, des Raptors privés de Kawhi et des Hawks, qui ont un profil similaire au nôtre.

– second road-trip de 4 matchs (à Brooklyn, à Washington, à Boston et à Philadelphie) fin novembre où l’idéal serait de gagner 1 ou 2 matchs (match à Boston en b2b).

– troisième road-trip de 4 matchs (à Portland, à San Antonio, à Dallas et à Houston) début décembre où l’idéal serait au moins de battre les Spurs (concurrent direct à une place en play-off) et les Mavericks (légèrement inférieur à nous) avant de jouer les Rockets en b2b (chance de win quasi-nulle, il faudra gagner la veille à Dallas). 

– quatrième road-trip de 4 matchs (chez les Warriors, à Charlotte, à Indianapolis et à Memphis) mi-décembre où un bilan inférieur à 2 victoires serait un échec avec des déplacements chez deux franchises bien plus faibles que nous (les Hornets et les Grizzlies : nous jouerons tout de même les Grizzlies en b2b, warning).

– cinquième road-trip de 4 matchs (chez le Jazz, à Miami, à Detroit et à Chicago) mi-janvier où l’on peut envisager une victoire contre les Bulls voire une autre contre Miami ou Detroit.

– sixième road-trip de 4 matchs (aux Clippers, chez les Warriors, à Oklahoma City et à Memphis) fin février (en sortie de All-Star Break) où une victoire contre Memphis (en b2b) doit être envisagé en sortie d’All-Star Break tout comme une victoire contre OKC, qui a perdu ses deux meilleurs joueurs à la Free Agency. 2 victoires sur ces 4 matchs serait une très bonne opération.

– septième road-trip de 4 matchs (à Houston, à Orlando, à la Nouvelle-Orléans et à Cleveland) mi-mars où une victoire face à la Nouvelle-Orléans pourrait faire du bien malgré le fait que celui-ci se jouera en b2b (match contre le Magic d’Orlando la veille) ainsi qu’une victoire contre les Cavs, franchise bien inférieure à nous.

– huitième et dernier road-trip de 4 matchs (à San Antonio, à Minneapolis, à Denver et chez les Lakers) début avril où le but sera de gagner contre les Spurs et Minnesota et on l’espère contre les Nuggets et les Lakers qui devraient déjà être qualifié pour les play-offs même si un 4/4 sur ce dernier road-trip est un peu utopique.

Ce huitième et dernier road-trip fera partie de cette fin de saison compliquée qui a été réservée aux Kings qui devront tenter de se qualifier en PO un peu avant avril car cette fin de saison s’annonce mouvementée :
– déplacement à Houston (candidat aux PO)
– déplacement à Orlando (candidat aux PO)
– déplacement à la Nouvelle-Orléans (possible candidat aux PO) en back-to-back
– déplacement à Cleveland
– réception d’Atlanta (#YoungTeam rival)
– réception d’Indiana (candidat aux PO)
– réception de San Antonio (concurrent direct aux PO)
– réception des Clippers (candidat aux PO)
– réception des Lakers (candidat aux PO)
– réception de Cleveland en back-to-back
– déplacement à San Antonio (concurrent direct aux PO)
– déplacement à Minnesota
– déplacement à Denver (candidat aux PO)
– déplacement aux Lakers (candidat aux PO)
– réception des Warriors (candidat aux PO) en back-to-back

Autant dire que cette fin de saison nous réserve bien des surprises, surtout si espoir de play-offs il y a. Si l’on est encore dans la course, il faudra espérer que certaines franchises soient déjà play-offables et qu’elles fassent tourner leur effectif face à nous (Lakers, Clippers, Warriors, Nuggets, Rockets) et que les autres rencontres soient disputées avec une énergie folle pour faire tourner les matchs en notre faveur (victoires impératives contre Cleveland, Atlanta, Minnesota ; matchs où une victoire sera à coup sûr bénéfique contre Orlando, Indiana ; matchs où il faudra jouer un couteau entre les dents contre les Pélicans et surtout contre les Spurs).

La NBA ne nous a encore une fois pas forcément gâtés avec ce calendrier mais ce qui est sûr, c’est l’énergie que chaque joueur de notre #YoungSuperTeam mettra sur le terrain à chaque match et que chaque supporter que nous sommes mettra à les supporter !

Retrouvez le calendrier complet ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *