Road to playoffs : analyse du calendrier des Kings à Orlando

La reprise de la NBA à Disney World se précise de jour en jour : le calendrier officiel de la compétition est tombé cette nuit aux alentours de 1 heure du matin !

Nous connaissons désormais les adversaires dont les Kings devront se défaire pour accéder à la post-season pour la première fois depuis 2006 :

  • 31/07 : Spurs
  • 02/08 : Magic
  • 04/08 : Mavericks
  • 06/08 : Pelicans
  • 07/08 : Nets
  • 09/08 : Rockets
  • 11/08 : Pelicans
  • 13/08 : Lakers

A première vue, aucune grosse surprise. Les hommes de Walton héritent plus ou moins du calendrier qui leur était prédit il y a quelques semaines. Seule différence à noter et pas des moindres : exit les Pacers, ce sont les Lakers qui s’invitent dans le planning. Plus accessoirement, l’ordre des matchs a été modifié.

Chaque détail compte

Le rythme sera le même pour tout le monde, mais il n’empêche qu’il sera soutenu. Avec 8 matchs à jouer en moins de 2 semaines, les Kings devront être efficaces sur la longueur tout en ménageant leur énergie. A noter tout de même que les compères de De’Aaron Fox ne disputeront qu’un seul back-to-back (Pelicans puis Nets en deux soirs).

Parmi les points clés, il y a évidemment les deux affrontements contre les Pelicans. Adversaires directs dans la course aux playoffs, les coéquipiers de Zion Williamson possèdent exactement le même bilan que les Kings (28-36). Le postulat est simple : considérant ces données, la défaite contre New Orleans est rigoureusement interdite si l’on veut continuer à y croire. Un faux pas, et Sacramento pourrait se faire irrémédiablement distancer par son rival. Un calendrier de 8 matchs est très court et les défaites, comme les victoires, comptent double dans la balance.

Un calendrier difficile…

Au cumulé, les Kings présentent un bilan de 3 victoires et 9 défaites sur l’exercice 2019-2020 contre les équipes qu’ils auront à affronter à Orlando. Pas franchement rassurant.

De plus, aucun de ces matchs n’est facile. Les Spurs tenteront de prolonger leur historique série de qualifications en playoffs, les Mavs feront confiance à Doncic pour les aider à grappiller des places au classement, Nets et Magic se battront pour éviter les Bucks au premier tour… en bref, personne ne se laissera faire.

Par ailleurs, avec les Rockets et les Lakers au menu, les Kings devront jouer contre deux grosses écuries de l’Ouest. Harden et Westbrook d’un côté, Lebron et Davis de l’autre… c’est un défi de taille. D’autant que lesdits protagonistes ne sont pas des habitués du load management et qu’ils ont tout intérêt à se remettre en jambes avant les playoffs. Espérons simplement ne pas servir de cobayes à ces fous furieux.

… mais pas insurmontable

Si l’on s’en tient au Strenght Of Schedule (combinaison des bilans de leurs adversaires), les Kings ont un des calendriers le plus simples parmi les 22 équipes présentes à Orlando. Ce n’est pas un détail à négliger : avec 3 victoires de retard sur la 8ème place qualificative, sachant que les Grizzlies ont hérité d’un calendrier très corsé, Sacramento est maitre de son destin.

Le bilan combiné mis de côté, c’est d’un planning abordable dont les Kings disposeront. A l’exception des Lakers, Sacramento n’aura à affronter aucune équipe Top 5 de conférence. Autrement dit, chaque match pris individuellement est gagnable. Facile, non. A leur portée, oui.

Au cours de la saison régulière, les Kings se sont payés chacune des trois équipes Texanes qui seront présentes sur leur chemin. Rien ne laisse à penser qu’ils ne pourraient pas réitérer cette performance.

A Sacramento, l’espoir ne meurt jamais

Sur une bonne dynamique avant la suspension de la saison, les Kings compteront sur une alchimie d’équipe indéniable. Un cinq majeur bien huilé (Fox, Bogdanovic, Barnes, Bjelica, Holmes) et un banc fourni et équilibré (Hield, Joseph, Bazemore, Len, Giles) pourraient bien être la recette miracle pour un retour des Kings en post-season. L’addition de Corey Brewer ainsi que le possible retour de Marvin Bagley donnent aux Kings fans envie d’y croire.

Et puis quoi de plus « Kangz » que de se qualifier en playoffs après un début de saison chaotique miné par les blessures ? Malgré toutes les difficultés rencontrées, cette équipe n’a rien lâché et ce n’est pas maintenant que cela va commencer.

Snobbés par les sondages, écartés des diffusions en télé nationale et largement sous estimés, les Kings voudront aussi profiter de ce séjour en Floride pour fermer quelques bouches.

Au grand complet (à l’exception de Jabari Parker blessé au genou) le squad débarque à Orlando le couteau entre les dents. Si Sacramento se qualifie, c’est un exploit historique (sans compter que la plupart d’entre nous vendraient père et mère pour s’offrir un premier tour face aux Lakers). Dans le cas contraire, ce n’est qu’une année de disette supplémentaire. Les Kings ont tout à gagner dans cette compétition et nous sommes impatients de les voir fouler les parquets à nouveau. Vivement la fin juillet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy link
Powered by Social Snap