À l’approche de la deadline, un nouveau chapitre s’ouvre à Sacramento

Les jours passent et il semble bel et bien acquis qu’une nouvelle page va devoir se tourner du côté de notre asile californien.

14 défaites en 19 matchs, une envie presque éteinte si l’on enlève ce dagger de Fox en toute fin de match pour crucifier des Wizards, eux aussi, en peine et le match contre les Celtics. Une envie pour certains d’aller ailleurs et un nouveau General Manager (Monte McNair) qui souhaiterait bien pouvoir construire son propre projet. Tous les ingrédients semblent présents lorsque l’on regarde la situation de Sacramento : des vétérans qui peuvent servir d’assets, des jeunes à developper, une pièce sur laquelle construire répondant au doux nom de Fox. Oui, tout est prêt…  

C’était sans compter sur la magnifique capacité des Kings à vouloir aller à contre-sens, alors qu’il y a la possibilité de repartir sur des bases saines et équilibrées. Avec un bilan bien trop haut pour viser un pick honorable dans la prochaine draft, la Trade Deadline est un tournant de plus en plus majeur pour le futur des Kings. Au delà de cet été, c’est bien ce 25 mars que va se jouer les prochaines saisons des Kings et le projet sportif de Monte McNair.  

Les rumeurs fusent de toutes parts, mais c’est une première nouvelle venant de Sam Amick, journaliste pour The Athletic, qui va donner la couleur. Dans un article datant du 5 mars, le journaliste attaché à Sacramento a rapporté que plusieurs sources en interne se demandaient si le propriétaire de la franchise, Vivek Ranadivé, ne se mêlait pas des affaires du Front Office. Il est fait état d’une pression afin de garder un groupe capable, selon lui, de faire un push pour les playoffs.  

Dans un des podcasts du The Carmichael Dave Show du mois de février, Sam Amick a averti que le management des Kings était toujours sujet à des confusions, des approximations quant au projet sportif de l’équipe. La raison ? Une volonté du propriétaire et de ses sbires d’avoir encore la mainmise sur les décisions liées au sportif de la franchise. La règle d’or reste toujours la même : tant qu’un propriétaire souhaite tout contrôler et ne laisse pas les gens compétents faire leur boulot, rien de bien ne pourra arriver. Les Phoenix Suns avec Robert Sarver étaient les derniers à l’Ouest à avoir ce problème. Depuis l’arrivée de James Jones au poste de président des opérations basket-ball, monsieur Sarver semble avoir pris du recul et leur saison actuelle est plus que splendide.  

Un autre article de The Athletic du 15 mars faisait ensuite mention des ambitions de notre General Manager au sujet de la contrepartie que les Kings demanderaient par rapport à Harrison Barnes. Il faut savoir que le vétéran fait une saison tout à fait honorable sous nos couleurs en alignant 16.6 pts, 6.2 rbds et 3.5 pds par match. Beaucoup d’équipes se penchent au-dessus de Sacramento et McNair a fait savoir son prix par rapport au Black Falcon. Pour résumer, un package avec un premier tour de draft et jeune potentiel ne serait pas suffisant pour faire bouger le champion NBA 2015, il en faudra plus pour arriver à accrocher un deal.  

Via @SamAmick et @TheAthletic

Néanmoins, un passage va allumer l’étincelle du doute autour de la Kings Nation. La possibilité que les Kings seraient toujours en train de se poser la question d’ajouter quelques pièces afin de revenir dans la course aux playoffs. Une phrase qui fait toujours rire aujourd’hui lorsque l’on regarde la situation de la franchise californienne après une moitié de saison accomplie. En revanche, le message de McNair vise dans un premier temps à monter les enchères si deal il devait y avoir. Une façon plutôt logique d’utiliser quelques fuites afin d’envoyer un message aux GMs trop frileux pour se découvrir de quelques assets (n’est-ce-pas Danny Ainge?). Tout semblait être fait dans ce sens…  

Seulement voilà, dans la journée de mercredi, alors que nous étions en train de préparer certains scénarios, de faire chauffer la trade machine pour s’imaginer les deals potentiellement faisables dans la prochaine semaine, c’est Matt George accompagné d’Howard Beck qui vont à nouveau ternir l’horizon de la franchise.  

Alors oui, il est bien dit par la suite que le Front Office ne veut pas trader ces deux joueurs juste pour les trader (ce qui est compréhensible). Ce qui l’est moins, c’est que l’on a là encore un exemple bien précis de ce qu’il ne faut PAS faire lorsque l’on est un propriétaire de franchise NBA : s’occuper du sportif. C’est encore une fois une communication venant d’en haut alors que c’est au General Manager de communiquer ce genre d’informations.

Au-delà de ce désastre, il y a aussi une chose qui ressort plus que tout : la volonté d’être compétitif. Cette expression qui veut tout et rien dire est symptomatique du flou permanent causé par les dissensions chez les décideurs. Quand l’un veut repartir de zéro, un autre souhaite continuer avec un groupe qui a déjà montré ses limites.  

Le dernier podcast du The Carmichael Dave Show ne fait qu’aggraver le bilan de ces dernières semaines. Toujours selon Sam Amick, on parle cette fois-ci de « flou total » concernant les prochaines échéances. Même la situation d’Holmes rentre dans cette indécision permanente, entre asset interessant ou prolongation estivale. Alors que l’on se demande si McNair a vraiment les pleins pouvoirs en ce qui concerne le sportif, Jason Anderson de The Sacramento Bee nous informe effectivement que selon certaines sources, c’est bien notre GM qui dicte le tempo sur le plan sportif. 

D’autres nouvelles nous viennent de Zach Lowe et de Bobby Marks et elles sont pour le moins déroutantes. Il se dit en interne qu’Harrison Barnes ne sera pas tradé à moins d’une offre qui surpasse les espérances déjà posées par le Front Office. On a surtout encore et toujours cette idée de vouloir accrocher le play-in qui revient sans cesse. Cela fait beaucoup d’écrans de fumée vous ne trouvez pas ?

Enfin, plusieurs sources indiquent qu’Holmes ainsi que Marvin Bagley III seraient aussi dans la balance côté trade. Une proposition incluant Marvin a même été faite aux Pistons afin de pouvoir récupérer Saddiq Bey. Le management de Détroit a refusé, mais le message est bien envoyé : le jeune joueur en provenance de Duke pourrait bien faire ses valises à la Trade Deadline… tout en ayant une côte plus que basse du fait de ses blessures à répétition.

Comment allons-nous ressortir de cette Trade Deadline ? Allons-nous tout recommencer ou continuer avec une équipe qui a déjà montré ses limites sur les parquets NBA ? Rendez-vous le 25 mars avec, spoiler, une surprise de taille du côté de Sacramento Kings France… 


Source photo : Abbie Parr – Getty Images

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy link
Powered by Social Snap