De’Aaron Fox absent pour 14 jours : le tank est paré mon capitaine

C’est une info plutôt négative pour le groupe des Kings qui, selon les dires de Delon Wright, serait toujours dans l’idée de jouer le play-in (*rires non controlés*). Notre franchise player et renard préféré sera absent pour une durée de 14 jours minimum (protocole COVID). On peut d’ores et déjà supposer qu’il pourrait être absent jusqu’à la fin de la saison (nous avons un tank à polir). Toutefois, nous souhaiterions revenir sur une saison qui nous aura montré toute l’étendue de son talent.  

Oui, la future carrière de De’Aaron Fox semble pleine d’ambition. Son talent est désormais indéniable mais plus encore, il a quelque chose en lui qui peut lui permettre de venir chercher les meilleurs de cette ligue. Un midrange soyeux, un handle et une rapidité hors du commun, une finition élite au cercle, un step-back three tranchant, une capacité de création tout à fait honorable, tout ce dont un meneur peut rêver.  

Faisons tout d’abord un point statistique général : 25.2 pts, 7.2 pds, 3.5 rbds, 1.5 stls à 47.7% au tir et à 72% aux lancers francs, le tout en 35 minutes. Ses statistiques représentent l’une des meilleurs lignes qu’un joueur des Kings a pu poser dans l’Histoire de notre franchise. Il est comparé à Demarcus Cousins, Chris Webber ou encore un certain Micth « The Rock » Richmond. À peine sorti de sa 4ème saison qu’il rentre déjà dans la cour des grands.  

Au delà du fait que qu’il soit aux Kings, ce qui pénalise beaucoup la vision que l’on pourrait avoir de lui dans la ligue, le fait de ne pas avoir été All-Star pèse aussi sur les consciences. Si son équipe n’avait pas assombri le bilan collectif, il le serait peut-être à l’heure où nous parlons. Toutefois, certains irréductibles pourraient dire que cela n’est que de la stat dans le vent, qu’il ne pèse pas ou peu sur le jeu de son équipe. Au cas où ces derniers existeraient, commençons avec quelques lignes statistiques posées durant la saison :  

  • 43 pts, 13 pds, 4rbds, 4 stls contre New-Orleans (17/01)  
  • 38 pts, 12 pds , 4 rbds, contre New-Orleans (01/02, décidément)  
  • 36 pts, 7 pds, 4 rbds, contre Los-Angeles (Clippers) (07/02)  
  • 34 pts, 10 pds, 6 rbds contre Denver (08/02)  
  • 44 pts, 7 pds, 2 rbds, 3 stls contre Golden State (25/03)  

Sur les 5 matchs, c’est un bilan de 4-1 qui est rendu possible par l’abnégation du jeune dragster. On pourrait là encore discuter de ces performances qui sont certes belles, mais qui ne relèvent que de la folie de quelques soirs. Calomnies mes chers détracteurs imaginaires ! Monsieur Fox est l’auteur de 18 matchs à plus de 30 points sur la saison et 38 matchs à plus de 5 passes décisives. Cela prouve en l’état sa qualité de scoreur pur mais aussi de créateur, ne serait-ce que pour lui ou pour les autres.  

Ce qui est d’autant plus incroyable est sa capacité à mettre un match à son compte et de montrer une clutchitude indécente. Il comptabilisait, au 15 avril, 367 points marqués uniquement sur les derniers actes des matchs. On se souviendra notamment de celui contre les Clippers le 7 février où il termine à lui seul la rencontre avec comme défenseur adverse un certain Kawhi Leonard (12 points marqués sur le dernier quart temps).  

Malheureusement, il sera indisponible pendant une période assez longue compte tenu de la fin de saison qui approche. Cela laisse le champ libre concernant le poste de meneur. En toute logique, Tyrese Haliburton devrait reprendre le flambeau afin de nous montrer l’étendu de son talent en tant que titulaire playmaker de son équipe (chose qu’il a déjà faite). Toutefois, Luke Walton pourrait choisir de mettre Delon Wright (au secours) en termes d’expérience et de défense.  

La question de la jeunesse se pose également du côté du nord de la Californie. Serait-il intéressant de confier plus de minutes à nos jeunes joueurs afin de leur donner une chance de montrer leur potentiel ? Lorsque l’on regarde notre bilan ainsi que les objectifs voulus par la franchise, il est peut-être temps de laisser la saison se terminer gentiment et d’accorder du temps pour le développement au mépris de quelques victoires inutiles. Ce sera à notre coach d’en décider, lui qui pourrait bien être « remercié » à la fin de cette saison.  

L’absence du renard met surement un point final aux infimes espérances de play-in. Nous espérons tous ici une titularisation de Tyrese Haliburton, ce qui serait plus que méritée. En revanche, si ce n’est pas le cas, alors nous exulterons toute notre énergie à maudire Luke Walton. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy link
Powered by Social Snap