[Draft 2021] Neemias Queta : le premier portugais de l’histoire de la NBA débarque à Sacramento

Oyé oyé fans portugais de basket, bienvenue dans l’antre des Sacramento Kings ! Je préfère d’ores et déjà vous prévenir, vous n’êtes pas au bout de vos peines avec cette franchise mais c’est bien ici que vient d’être drafté le premier portugais de la Grande Ligue, va falloir s’y faire.

Avant la Draft, les Kings ne comptaient plus que deux pivots dans leur effectif, en les personnes de Chimezie Metu et Damian Jones, dont les contrats ne sont même pas encore garantis (et ce, en attendant de savoir si Richaun Holmes va resigner cet été). Mais ça, c’était avant la Draft ! En effet, en 39ème position, pour les Kings, Mark Tatum a appelé Neemias Queta, un pivot portugais passé par Utah State ! [Update : les Kings ont également récupéré Tristan Thomson via un trade envoyant Delon Wright à Atlanta]

Concernant le fit, après avoir drafté Davion Mitchell au premier tour, il fallait rajouter un peu de barbaque à ce roster bien garni sur le backcourt mais à sec sur le frontcourt (coucou Moses Moody et Alperen Şengün) : l’ajout d’un poste 5 va donc dans ce sens. Et en termes de barbaque, nous avons là un beau bébé : Queta mesure 2m11 pour une envergure de 2m24 et pèse 112 kilos.

Au sein de sa fac de Utah State, Queta était la première arme offensive de l’équipe cette saison avec 15 PTS de moyenne. De plus, il était le meilleur rebondeur (10 RBDS par match), le meilleur contreur (3.3 CTR par match ce qui en a fait le 3 ème meilleur contreur du pays, le 1er en nombre de contres) et le deuxième meilleur passeur de sa fac (2.7 P.D par match).

On notera également qu’il a, cette saison, remporté le titre de meilleur défenseur de sa division (Moutain West Conference), titre qu’il avait déjà remporté en 2019. Lors de l’élimination de Utah State face à Texas Tech au premier tour du tournoi universitaire (65 vs 53), Queta finit toutefois à 11 PTS, 13 RBDS, 6 P.D et 7 CTR.

Forces

Vous l’aurez compris, Queta a les capacités de réaliser un vrai chantier dans la peinture : vrai protecteur de cercle et rebondeur hors-pair grâce à son endurance et son agilité, il a donc les moyens de faire passer de mauvaises soirées aux pivots adverses. De plus, au niveau de la création (même si ce n’est absolument pas ce qui lui sera demandé), Queta a la capacité de trouver les bonnes passes, ce qui peut être un plus dans son jeu assez stéréotypé.

A travailler

Queta a une finition correcte (56% au shoot cette saison) mais qui, pour un pivot squattant la peinture, mérite d’être bossée (en comparaison, Holmes est à 63,7% de réussite au shoot cette saison). De plus, son pourcentage aux lancers-francs restent discutables (71% cette saison pour une moyenne de 5 tentatives par match) mais est en constante augmentation depuis 3 ans. Enfin, ses déplacements offensifs sur Pick and Roll restent également un point sur lequel Queta peut s’améliorer.

Faiblesses

Le pivot portugais a un temps de réaction assez long et a vraiment un physique qui rend compliqué les switchs en défense. De plus, son jeu est très stéréotypé : c’est un rim runner qui ne shoote jamais derrière l’arc (7 shoots à 3-PTS en 3 ans à Utah State) et qui va devoir, comme dit plus haut, travailler sa finition au cercle.

Le natif de Borreiro arrive donc aux Kings avec cette étiquette de protecteur de cercle élite et gros rebondeur. Il devra néanmoins améliorer son shoot et travailler sur les switchs défensifs même s’il ne faut pas s’attendre à grand-chose concernant ce dernier point. En effet, le physique de Neemias Queta semble aussi bien une force lorsqu’il s’agit de protéger le cercle, qu’une faiblesse lorsqu’il s’agit de switcher en défense.


Crédit photo : ojogo.pt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy link
Powered by Social Snap