Luke Walton sur le siège éjectable : énième avertissement ou véritable mise en garde ?

Alors que le début de saison se passait pour le mieux, 4 défaites consécutives viennent ternir une nouvelle fois les horizons californiens. Pacers, Suns, Spurs et Oklahoma ont défait les Kings, chacun dans un contexte plus ou moins honteux. Celles contre les équipes en reconstruction font particulièrement grincer des dents, surtout après les déclarations faites cet été. Ainsi, c’est Sam Amick qui vient sonner l’alarme pour notre Head Coach.

Les raisons de la colère

La dernière série de défaites ne serait pas au goût du Front Office, malgré une interview de McNair le 8 novembre où il affirmait la bonne entente entre lui et « son » coach. Une envie fluctuante, une attaque moins fluide et parfois en manque de créativité, une défense limitée et aucun ajustement, c’est ce qui caractérise les derniers matchs.

Une sensation de retour à la catastrophique saison dernière. Un article de Sam Amick dans The Athletic fait l’état des lieux du job de Luke et il est possible qu’il prenne la porte si la glissade vers le bas venait à se confirmer. Il est aussi précisé la chose suivante :

Walton ne bénéficiera pas de la même marge de manoeuvre comme il a pu avoir la saison dernière pour rectifier le tir, surtout lorsqu’il s’agit de lourdes séries de défaites.

Sam Amick via The Athletic

On rappelle pourtant que lors de la saison 2020-2021, c’est bien deux séries de 9 défaites consécutives qui lui ont été pardonnées par le management de Sacramento. Cela s’est bien entendu confirmé lors de la sauvegarde de son poste à la fin de celle-ci. Son entente avec le roster (sauf Marvin Bagley) et avec le General Manager ont joué mais l’argument financier revient sans cesse.

Un cadeau d’adieu

On comptabilise encore 11.5M de $ à payer sur son contrat. Si les Kings souhaitent son renvoi, il faudra payer l’entièreté de la somme immédiatement, Vlade Divac ayant « oublié » d’inclure une stretch provision dans le contrat.

On rappelle qu’une « stretch provision » permet d’étaler le salaire qu’un membre renvoyé doit recevoir sur plusieurs années, afin de ne pas malmener les finances. Encore un joli coup signé par la légende Serbe.

Toujours selon Amick, Vivek lui même avait décrété « la qualification en postseason comme condition sinequanone pour rester ». Cela ne s’est jamais véritablement vérifié, même si ce dernier voulait déjà le départ de Walton lors de la saison 2019-2020.

Dorénavant, le siège semble plus que jamais sur le mode éjectable. Seul un renversement de la situation lui permettrait de se sauver une nouvelle fois du Pôle Emploi.

Un air de « déjà-vu »

Pourquoi me direz-vous ? Qu’est ce qui change par rapport à l’année dernière ? Rien, toujours et encore la même réponse : le retour en postseason.

Il semblerait que l’accession aux playoffs soit plus que jamais l’ultime objectif de Vivek l’entièreté des dirigeants des Kings. L’interview de McNair le confirme, il y a un « but clair » et il y a même une précision :

En interne, le talent de ce roster est vu comme étant digne d’une place en playoffs, les dirigeants de la franchise l’ont clairement signifié aux exécutifs rivaux

Sam Amick via The Athletic

Voilà une affirmation qui laisse au mieux perplexe, au pire complètement désabusé. Comment les dirigeants peuvent évaluer le talent du roster actuel comme « méritant » pour une apparition en playoffs ? Le constat reste identique : un plafond de talent et un coach limité et aucune solution rapide pour changer de cap.

Il est difficile de s’imaginer dépasser des équipes comme Memphis, Portland ou encore San Antonio. Tout simplement du fait d’un talent plus élevé ou d’un niveau sensiblement identique.

Des question se posent…

C’est à ce moment qu’une première question arrive : comment peut-on arriver à cette situation en si peu de temps ? Qu’un renvoi se présage au milieu ou en fin de saison, cela peut entièrement se comprendre. Il suffit de regarder les matchs pour savoir que Walton n’est pas un grand coach. Toutefois, malgré tout ce que l’on peut penser de Luke, il est difficile de ne pas secouer la tête à la vue d’un management sans réel vision d’avenir.

Si l’idée est de le renvoyer après un premier faux pas, pourquoi ne pas l’avoir fait dès cet été ? Pourquoi ne pas s’être séparé de lui afin d’écrire une nouvelle page, de commencer enfin une nouvelle ère ? Il n’est plus possible d’utiliser la bonne entente générale comme excuse puisqu’il serait déjà sur la sellette après 13 (?!) matchs. Des rumeurs affirmaient que Monte McNair voulait Chris Finch (actuel Head Coach des Timberwolves). Toutefois, du fait de la situation financière des Kings et du départ de l’intéressé pour Minnesota, il a dû garder Walton.

Autre question : comment peut-on avoir la certitude que rajouter du complément (Harkless, Davis, Thompson, Len) et un rookie au plafond limité (mais tout de même intéressant) puissent suffire ? N’est-ce pas ici un manque d’une vision plus large ? Il n’est pas question ici de remettre en cause l’activité de McNair mais plutôt son audace. Pour réussir en NBA, il suffit parfois de faire un énorme pari, quitte à prendre beaucoup de risques. 

Est-ce cela qui manque à notre GM ? Ou est-ce qu’il n’a toujours pas flairé la bonne opportunité ? L’avenir nous le dira mais il doit lui aussi faire attention à son siège. Des rumeurs circulaient à la fin de la saison dernière sur un potentiel danger concernant sa position.

Les prochains matchs seront donc très importants à observer. Allons-nous voir l’implosion du groupe ou bien le sauvetage de celui-ci par les joueurs ? Les jours qui suivent devraient nous donner la réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Copy link
Powered by Social Snap